Evolution de l’âme

Evolution de l’âme

Selon les traditions ésotériques de l’Inde et de l’Egypte, notre existence aurait commencer sur d’autres planètes bien moins denses que la Terre. De nature semi-corporelle, semi-spirituelle, l’individu évoluait dans une densité subtile dans laquelle tout était charme et splendeur. Dans cet état quasi vaporeux l’individu évolue lentement car tout est harmonie. La vie et la mort s’entremêlent tel un rêve. Les Orphiques appelaient cela le ciel de Saturne. Selon la doctrine d’Hermès, l’Homme s’est matérialisé en s’incarnant sur des planètes de plus en plus denses. Ainsi l’Homme en s’incarnant dans la matière a perdu le sens spirituel de la vie par ses différentes luttes avec son monde extérieur. Pour survivre à la densité, l’Homme a dû développer l’intellect et la volonté. 

De nature semi-corporelle, semi-spirituelle,
l’être évoluait dans une densité subtile où tout était charme et splendeur

L’incarnation terrestre est l’expérience la plus difficile qui soit pour l’âme humaine qui est tombée, au fil de la densité, dans l’oubli de ses origines. La remontée est un défi quasiment insurmontable, « il y a beaucoup d’appelés et peu d’élus ». L’homme doit recouvrer la conscience du sens spirituel de son existence à travers la matière. Selon les disciples d’Hermès et d’Orphée « l’homme acquiert par son action la conscience et la possession du divin, alors seulement il devient le Fils de Dieu. ». 

Nous les appelons aussi les « grands initiés ». Nous les connaissons sous les traits de Krishna, Bouddha, Pythagore, Jésus, Osiris…  ils ont tous suivi la voie initiatique, la voie sacrée.

Bouddha, un grand initié

Il est faux de penser qu’une seule vie terrestre permet la remontée de l’effroyable spirale de notre chute dans la matière. L’âme éternelle, immuable se réincarne de vie en vie dans des corps différents, à des époques différents, sur différents continents et s’enchaînent avec une logique implacable, malgré le fait que chacune à sa propre destinée. Notre âme suit un plan. A l’image d’un livre, les chapitres figurent une incarnation. Les chapitres s’enchaînent et se construisent sur la base des chapitres précédents. Ainsi l’Homme se réincarne avec les bagages de ses précédentes vies. Bien entendu ce sont ses actions et sa capacité à apprendre les leçons qui lui sont présentées qui vont déterminer le nombre de chapitres…

A l’image d’un livre, les chapitres figurent une incarnation

Dans chaque vie, dans chaque incarnation, des épreuves, des choix nous sont présentés. Quelle sera notre posture ? C’est uniquement à ce stade que nous avons notre libre-arbitre. Chaque posture adoptée pourra tout aussi bien nous maintenir à un même niveau de conscience, conduire à notre involution ou à gravir une à une les marches de retour à nos véritables origines.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *